Büro Bernd Lafrenz: 0761/22298 tka@lafrenz.de

 

 

 

 

 

 

Hamlet

Shakespeare tragédie cocasse

 

 

 

 

 

 

Hamlet

Shakespeare tragédie cocasse

 

 

 

 

 

 

Hamlet

Shakespeare tragédie cocasse

 

 

 

 

 

 

Hamlet

Shakespeare tragédie cocasse

 

 

 

 

 

 

Hamlet

Shakespeare tragédie cocasse

Hamlet

d’après Shakespeare
De et par: Bernd Lafrenz
Masques: Hélène Caboor

Rire ou ne pas rire ? Bernd Lafrenz, mime allemand, a choisi le premier terme de cette alternative shakespearienne. Son adaptation « libre et comique » d’Hamlet, après avoir conquis ses compatriotes, et les Suisses, a fait rire, chez nous, les Lyonnais. Le voici à Strasbourg pour une douzaine de représentations. Lafrenz, sous des masques multiples, y campe à lui seul sept personnages de la pièce. « Plus qu’une satire ou une parodie, Bernd Lafrenz a fait une traduction et gestes, en grimaces, en masques et en langues irrespectueux de l’essence tragique de Shakespeare. Une manière simple, vive et heureusement contagieuse d’exprimer sa joie de jouer. Le Hamlet nouveau est une très agréable surprise. Il ne faut pas aller les voir. Il faut y courir et surtout y participer », écrivait un confrère lyonnais pour dire son enthousiasme. L’eau à la bouche…

Tourner Hamlet en dérision, il fallait oser. Camper alternativement tous les personnages de cette noire épopée shakespearienne relevait de l’exploit. Mais le plus grands chefs-d’œuvre sont-ils intouchables ? Bernd Lafrenz nous fait ici la démonstration d’une liberté artistique franchement convaincante. En quelques mimiques, changeant alertement de masque et d’accessoire, il se font dans la peau de l’ignoble roi Claudius et de son épouse Gertrude, incarne la fausse ingénue Ophélia, se mue en Chambellan, prend les traits du sombre et tourmenté Hamlet, devient fou du roi ou encore troupe des comédiens…
Toute la machinerie shakespearienne est en route, orchestrée par le comédien qui en appelle à la complicité du public e ne manque pas de lui confier les bruitages de fond : souffle du vent, hennissement d’un cheval, acclamation de foule… et parfois même un rôle sur scène. La salle, piégée, se laisse prendre au jeu et Lafrenz se sent moins seul dans son incroyable bouffonnerie.

 

Presse

Un ‚HAMLET‘ traduit en gestes, en grimaces et en masques 
adaption libre et comique par Bernd LAFRENZ

Rire ou ne pas rire? 
Bernd Lafrenz a choisi le premier terme de cette alternative shakespearienne en campant avec bonheur les sept personnages de la pièce. Une manière simple, vive et heureusement contagieuse d’éxprimer sa joie de jouer.

Avec un talent fou et la collaboration du public, il réinvente la tragédie. Plus qu’une satire ou une parodie, Bernd Lafrenz a fait une traduction en gestes, en grimaces et en masques de Shakespeare.

En une seconde, Bernd Lafrenz est l’affreux Claudius, la perfide Gertrude, la tendre Ophélie ou même la sombre forêt d’Elseneur.

Il canalise tout. Formidabel improvisateur, il ne laisse rien passer, utilise tout et fait mouche. Une performance pourrait-on dire, qui fleure bon le talent et l’humour.

En tout cas une découverte pour le public français de ce mime allemand qui a conquis ses compatriotes.

Et si Shakespeare se retourne dans la tombe sans aucun doute, pour se tordre de rire.

Var Matin, Le Revest-les-Eaux

Un superbe traivail d’acteur que Bernd Lafrenz ponctue et nous faisant constater que l’on peut toujour trouver quelque chose pour rire au royaume de Danemark.

… Tout Hamlet joué par un seul homme, telle est performance de Bernd Lafrenz qui interprête tour à tour, en masques et en gestes, l’affreux Claudius, la perfide Gertrude, la tendre Ophélie… En une seconde, il est, avec la complicité du public, la sombre forêt d’Elseneur, il est la tragédie de la vengeance et de l’ursurpation ramenée aux dimensions de l’absurde sans aue jamais le ton shakespearien ne soit dénaturé.

Ici, on s’amuse, on rit, parfois même jusque au larmes. A l’aide de son étonnante palette d’expressions et de mimiques, Bernd Lafrenz s’amuse à vous révéler tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Hamlet et que vous n’avez jamais osé demander! Un superbe travail d’acteur.

Le Progrès, Lyon

Si le jeu dejoue la mort, Shakespeare dans Hamlet dejoue le jeu. De quoi le rejouer a l’infini. 

Daniel Sibony

L’art et la manière de faire basculer la gravite metaphysique du drame shakespearien en une immense bouffonerie. Seul sur scène, le mime et comédien allemand interprète à coups de grimaces, de masques, de gestes, les sept personnages de la pièce, tandis que les spectateurs réjouis font la foule en délire, henissent, chuchotent, se tranforment en branches, en vagues…
Une version désopilante et jubilatoire d’Hamlet.

L’agilité, la passion pour le jeu de Bernd Lafrenz, sa façon de se couler partout à la fois dans n’importe quelle peau, frise la performance et suscite l’admiration.

Frédérick Rideau Libération, Lyon

Lafrenz exprime sa joie de jouer devant et avec le public. Il le fait d’une manière tellement simple, spirituelle et vive que son plaisir de se trouver sur scène s’avère contagieux. Il ne faut pas aller voir ce spectacle. Il faut y courir et surtout y participer.

Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Strasbourg